mercredi 27 janvier 2016

Réduction embryonnaire... Faites vos jeux, rien ne va plus!






Un petit tour par la grossesse et puis s'en vont...

La dernière fois que je t'en ai parlé, je te narrais l'annonce de cette Mega nouvelle! Si tu te souviens bien, non avions rendez-vous des le lundi suivant avec Dieu, spécialiste des grossesses multiples et hypermultiples... Enfin, ce jour la, je l'ai détesté, mais alors cordialement...

Son discours était très clair: grossesse triple = trop de risque de mortalité ou de handicaps, ou pire... les deux cumulés... La faute à la prématurité induite à ces grossesses. La clé du succès: la réduction embryonnaire... J'avais déjà entendu ce gros mot dans la bouche de mon gyneco, le vendredi précédent, quand il l'avait appelé: "non non elles n'envisagent pas de réduction". Ce n'était pas la première fois, mais je ne m'y étais jamais frotté auparavant et surtout, imaginais quelque chose d'assez anodin! Ben quoi, 2 enfants c'est déjà bien! Sauf que oui, nous sommes déjà parents de ces 3 enfants, et la, tout de suite, on nous demande de réfléchir activement à ce que l'on veut faire. Coup de bol pour nous, ou pas..., on s'y prend tôt, donc on a un delai de réflexion... Dire que les médecins détestent les grossesses multiples est un euphemisme!

Mais qu'est-ce que la réduction embryonnaire... Ma perception du moment: on aspire un embryon pour donner une chance à la grossesse. La vérité vraie? Pardon si je dérange, mais j'aurais aimé avoir des témoignage à ce moment la... On injecte un sérum mortel dans le coeur d'un embryon et il sera "evacué" lors de l'accouchement. De l'entendre me dérange profondément, et de l'écrire me replonge un an en arrière, je me sens tellement mal! Bon, à 7 semaines, me direz-vous, ce n'est pas bien grand... personne ne s'en rendra tellement compte, pas meme les petites soeurs! Sauf que non, le geste se pratique juste avant la fin du délai légal d'avortement, soit 16 semaines. 16 SEMAINES?!?! Mais je le sentirai déjà bouger à ce terme, et les autres bébés? Le risque (hormis psychologique bien sur): La perte de toute la grossesse, et avec mon utérus chatouilleux, ceci est réellement à prendre en compte!

Donc le choix du moment, 2 bébés en pleine forme si la grossesse survit au geste, ou 3 bébés dont statistiquement un décédé ou handicapé... On est le 1er Décembre, vous avez jusqu'au 6 Janvier pour rendre votre copie. Ce meme jour, une échographie, nous montrant nos 3 bébés bien vivants, permettra de déterminer s'il y a un plus faible ou plus a risque pour sélectionner le perdant... Au moins, ce n'est pas du pifaumetre... mais cela ne me console pas! 

Nous sommes passées, en 1 week-end, à possiblement 1 bébé, puis 3 et finalement 2. Car oui, en sortant, je deteste cordialement ce breton expatrié sur nos terres bordelaise, qui, à mon sens devrait servir du Chouchen à toutes les femmes enceintes de triplés qu'il reçoit, avant de leur assener sa sentence, mais je suis sure de ma décision... Il faut être raisonnable, on m'a toujours reproché de ne pas l'être... Alors ce sera 2 bébés en bonne santé. Si jamais la grossesse ne tient pas, seules Maman A et Moi seront impactées et seules nous, aurons à faire notre deuil. Nous n'embarquerons personne dans notre galère de douleur et surtout pas Juliette. 

Je te passe l'état d'esprit dans lequel nous sommes. Maman A n'est clairement pas en accord avec ma décision, tout comme ma famille, mais elle l'accepte parce qu'elle pense ne pas pouvoir m'imposer quelque chose auquel je ne crois pas. Je n'ai jamais autant prier pour que la nature fasse ce terrible choix à ma place! Ben quoi, elle nous a fait une belle farce, ok, c'était drôle une minute, mais les blagues les plus courtes sont les meilleures (j'entends encore mon papa me répéter cette phrase). 

Au dela du risque de handicap et de mortalité, est-ce que nous nous sentons capable d'imposer à Juliette, avec qui j'entretiens une relation fusionnelle, de perdre cela pour 3 nouveaux enfants, d'avoir moins de temps, beaucoup moins de temps pour elle? 

Tous les témoignages sont bons à prendre, nous appelons de super copains qui ont eu des jumelles et qui ont "surmonté" la situation, car oui, ils ont eu du mal à l'accepter... et nous voulons les voir pour constater comment ils vivent le truc, et ce qu'ils feraient avec le recul.  Nous passons un dimanche aprem avec eux, et leur famille si joyeuse, unie et complete nous fait envie, ils sont heureux et respirent la sérénité. Ma décision est immuable pourtant, 2 de plus ce sera bien! Leur verdict est sans appel: malgré les galères, aucun regret, ils le referaient 100 fois! Et leurs enfants sont tellement épanouis qu'on ferait le meme choix avec plaisir.

Nous appelons d'autres super potes qui ont eu des enfants prématurés, en singleton, mais prémas pour d'autres raisons. Leurs enfants sont en pleine forme et surtout, surtout, ils sont enchantés par les services de neonat et le suivi de Pellegrin. Je me souviens d'une phrase: "Ce n'est pas la prématurité qui doit dicter ton choix..." Arf, ça ne m'aide pas...!

Se passent les fetes de noel, j'annonce à mes grands-parents que je suis enceinte, en meme temps je ne peux plus vraiment le cacher, mais leur dit que sans écho, je ne voulais pas leur en parler et que je leur donne plus de nouvelles très vite. Ouf, je botte en touche... mais je ne suis pas fière, je déteste mentir, d'autant que je sais que ma grand-mère est toujours d'excellents conseils. J'essaye de faire passer à Granny et Grappy l'information que la décision est prise, mais comme un fait exprès, ils refusent plus ou moins de l'entendre... A ce moment la, je me sens incomprise et seule. Je n'ai pas le recul pour me dire que mon père sait bien que je ne saurais pas accepter et gérer cette situation et qu'il veut seulement me rassurer quant à l'issue de cette grossesse triple: "Les stats ne sont que des stats... " 

Je n'ai pas le droit de bouger pour les fetes, Dieu m'octroie un sursis en me permettant d'aller passer le 25 à Limoges chez Tonton Nono et Tata Myriam. Je suis tellement HS par les nausées et le contexte que je m'endors avec Juliette en allant la coucher et que je ne profite absolument pas. Dur de supporter les nausées dans cette situation, tu sais que tu as des nausées pour 3 mais, c'est juste pour le fun hein!

Je devais prendre la decision la plus dure que l'on m'avait jamais demandé de prendre, en ayant des epaules de parent... Comment allais-je le vivre? Je suis persuadée que tous les jours en les regardant, je me serais dit: "il m'en manque une" et "comment les autres ont pu vivre cette épreuve... surtout que dans le lot, il y a une paire de vraies jumelles... bonjour les conséquences psychologiques"... Je me replie sur moi-même, ne donne pas de nouvelles... Comment pourrais-je dire que tout va bien...! 

Le 4 janvier, toujours dans mes nausées, l'estomac dans les chaussettes, je vais ouvrir le magasin... Ma soeur me dit par sms qu'elle regarde une émission sur les triplés animée par Sophie Davant... Chouette du voyeurisme! Je lui dis, toujours tellement sure de moi (lol): "je ne regarde pas, tu veux me faire changer d'avis!" Et bien sur, je regarde... Le thème tourne autour des arrivées de multiples et comment les gens le vivent. Et comme un fait exprès, toutes les personnes présentes ont eu une grossesse idyllique et les triplés sont en pleine santé. Bien sur, tout le monde rejouerait avec plaisir. 

Mais alors quoi! ça n'a pas l'air si terrible que ça la grossesse triple... Sur le plateau, toutes les nanas y sont arrivées et tous les enfants vont bien! Pourquoi pas moi? Je ne tue aucun suspens en te disant que j'ai retourné ma veste aussi sec. On est le 4 janvier, l'echo est dans 2 jours, et je dis non à la réduction, sauf pour raison médicale bien sur... mon discours initial quoi...

Arrive le fameux 6 janvier 2015... J'ai hate de voir tout ce petit monde, et surtout, souhaite que les 3 aillent pour le mieux... Je suis angoissée et tellement honteuse et effondrée d'avoir pu espérer le contraire, que je me dis que la nature va forcément m'avoir puni...

Oui on perd toute rationalité je crois, dans ce genre de contexte... 

Verdict, tout le monde va bien! Des bébés parfaitement symétriques, meme taille, meme poids, au gramme et au millimètre près, des nuques claires, et aucune malformation! Qu'ai-je fais pour mériter ça? Je ne sais toujours pas, mais je mesure notre chance tous les jours en les regardant.

Le rendez-vous avec Dieu est express, "tout le monde va bien, on garde tout le monde, merci, au revoir"! Et la, Dieu, qui nous a toujours dit qu'il suivrait notre choix et nous accompagnerait du mieux qu'il pourrait dans celui-ci me dit : "vous avez raison, je n'aurais pas pu faire un choix, ça aurait été au pif, on n'en parle plus".

J'avais l'aval de Dieu et je pouvais poursuivre sereinement ma grossesse et enfin profiter...



Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire